Conseil Municipal des Enfants

Visitez le site de la Ville de Saint-Joseph
Accueil » Les commissions » 2016 - 2018 » Commission Développement Durable et Protection de l’Environnement »

Compte rendu de la séance de travail du 25 février 2017

Compte rendu de la séance de travail du 25 février 2017

Les membres du Conseil Municipal des Enfants se sont réunis le samedi 25 février 2017, dans la salle du conseil de la mairie.

Conseillers présents :

  • GRONDIN ALLANE Adrien, ASSING Nathan, LEBON Rihanna, BENSALEM Kenza, CATHERINE Medhi, CESLESTI Natan, CHELLEMBRUN Gauthier, DAMOUR Kylian, DAMOUR Marie Sarah, GIRAUD Carla, GONTHIER Manon, GRONDIN Maélys, LEBON Gabrielle, LEBON Pierre, LEBRETON Elsa, MALET Manaëlle, METRO Mathias, MOREL Thierry, MOREL Samuel, MOREL Yoan, MUSSARD Anthony, RIVIERE Noémie, ROBERT Naomi, SALA Benoît, TURPIN Nolan.

Conseillers absents :

  • BIGOT Mathéo, BOULANGER Lola, GRONDIN Christopher, HUET Alan, HUET Lucas, LEBON Amandine, OTURGAN-GRONDIN Aydan, PAYET Eléna, RAGOT Emma, VILLONS Sara.

Étaient présents :

  • Jean Daniel LEBON – Adjoint délégué aux affaires scolaires
  • Claudette HOAREAU – Conseillère municipale déléguée au conseil municipal des Enfants
  • Stephane VITRY – Service environnement
  • Pierrot MALET – Service environnement

Commissions concernées :

  • « Développement durable et protection de l’environnement »
  • « Culture, animation et communication »
  • « Solidarité »

Claudette HOAREAU débute la séance et souhaite la bienvenue aux jeunes élus, puis indique l’ordre du jour de la séance à savoir :

  • la plantation d’arbres endémiques au sein des écoles - actions intitulées « aux arbres citoyens »
  • la réalisation d’un mur végétal.

Un tour de table est effectué afin que les jeunes élus énumèrent les arbres qui se trouvent actuellement dans leur école à savoir : le Sang-Dragon, le Cocotier, l’arbre à Letchis, le Flamboyant, le Caoutchouc, le Badamier, le Manguier, le Bougainvilliers, le Rosier…

Pierrot MALET, responsable du service environnement indique que certains arbres qui avaient été plantés à l’époque dans les écoles représentent un danger. Il nomme le bougainvillier, le rosier de part leurs épines, ou encore les arbres à fruits tels que le Badamier..., pour le risque de projection qu’ils peuvent engendrer. Il précise que ces arbres ne sont plus introduits aujourd’hui dans les établissements scolaires.

Stéphane VITRY, responsable de l’aménagement et du fleurissement de la Ville, propose aux jeunes élus de se rendre à la bibliothèque pour faire des recherches sur les plantes endémiques, indigènes et exotiques.

Claudette HOAREAU précise que les recherches à la bibliothèque se feront en groupe.
5 groupes de travail ont été ainsi formés dans le respect de la parité comme suit :

Goupe 1Groupe 2Groupe 3Groupe 4Groupe 5
Adrien GRONDIN ALLANE Maélys GRONDIN Nolan TURPIN Thierry MOREL Natan CELESTI
Nathan ASSING Manon GONTHIER Benoît SALA Anthony MUSSARD Sarah DAMOUR
Mathias METRO Kylian DAMOUR Samuel MOREL Noémie RIVIERE Rihanna LEBON
Carla GIRAUD Yoan MOREL Elsa LEBRETON Manaëlle MALET Medhi CATHERINE
Gabrielle LEBON Pierre LEBON Naomi ROBERT Kenza BENSALEM Gauthier CHELLEMBRUN

De retour de la bibliothèque, Pierrot MALET indique aux jeunes élus que Stéphane VITRY et lui-même seront chargés de les accompagner lors de la plantation des arbres endémiques dans les établissements scolaires.
A ce titre, il souhaite qu’une visite de la pépinière municipale soit organisée avec le CME afin que les conseillers puissent voir le fonctionnement de la pépinière et comment manipuler une plante.

Par la suite, la parole est donnée aux jeunes élus afin qu’ils mettent en commun les recherches qu’ils ont effectuées à la bibliothèque. Les réponses suivantes ont été apportées :

  • Endémiques  : espèces qui se situent dans une région bien précise. Elles peuvent néanmoins être déplacées par l’Homme, oiseaux,…
    Les plantes peuvent être endémiques de La Réunion (originaire de La Réunion), endémiques des Mascareignes (originaire du secteur des Mascareignes).
  • Indigènes  : espèces qui étaient là avant la civilisation. A La Réunion, on peut avoir des plantes qui sont indigènes d’une autre région.
    Les plantes endémiques sont des plantes indigènes, elles se sont adaptées au climat de l’île et ont donc muté pour devenir endémiques de La Réunion.
  • Exotiques  : plantes qui produisent des fruits, à La Réunion, les plantes exotiques ont été importées, elles n’en existaient pas sur l’île.
    Exemple : le manguier, le cocotier, … se sont des arbres plantés par l’homme.

Après avoir apporté les différentes définitions, les conseillers ont cité des exemples de plantes endémiques (telles le bois d’arnette, le benjoin...), indigènes (bois mam’zelle…) et exotiques (le filaos, les arbres à fruits en général...)

Stéphane VITRY précise que les plantes endémiques sont des espèces protégées, au même titre que le géko vert de Manapny qui est une espèce animale endémique.

Pour conclure, Stéphane VITRY rappellent brièvement les 2 actions qui vont être menées à savoir :

  • La plantation des arbres endémiques dans les écoles : adaptés au climat selon le quartier ;
  • La création d’un mur végétal qui se situera au Pôle Administratif Communal. Il précise aux jeunes élus qu’ils participeront tous à la création de ce mur. Enfin, il leur montre le matériel qui sera utilisé pour créer le mur végétal et leur explique comment celui-ci va fonctionner notamment en terme d’irrigation.

Fin de séance à 11h03.

» Haut de page